Le meilleur et le pire des Oscars 2014 : Ellen DeGeneres assure, Cate, Matthew, 12 Years a Slave gagnent et un super selfie

Image

À l’occasion des Oscars, Ellen DeGeneres, la maîtresse de cérémonie, était prête à rendre hommage  aux stars comme Jared Leto, Cate Blanchett, Matthew McConaughey, Jennifer Lawrence ou encore Lupita Nyong’o et une ribambelle de films comme Gravity (qui a remporté le plus de récompenses), 12 Years a Slave, Dallas Buyers Club, Frozen et Her.

Sans oublier un selfie de folie.

Si on peut débattre des vainqueurs et des perdants du jour, découvrons ensemble le meilleur et le pire des Oscars 2014.

PHOTOS : les photos de soirées des Oscars 2014

 John Shearer/Invision/AP

La meilleure introduction : Ellen DeGeneres a assuré lors de son discours d’ouverture. Tout à tour amusante, honnête, sérieuse et totalement irrévérencieuse,

Image

Ellen a abordé tous les sujets, de l’obsession d’Hollywood pour la jeunesse aux différentes chutes de Jennifer Lawrence, du côté Hunger Games de la saison des récompenses au sexe au rodéo, du sosie de Liza Minnelli au possible racisme des Oscars, et du truc dégoûtant que faisait Jonah Hill dans Le Loup de Wall Street.

Le meilleur recyclage : on a été impressionnés par toutes ces bouteilles vides en forme d’Oscars qui ont servi de décors sur scène. Il paraît que si vous en rapportez 10 comme ça à l’Académie des Oscars, on vous donne un Oscar technique en échange !

La plus mauvaise surprise : Jared Leto a amplement mérité son Oscar de Meilleur acteur dans un second rôle, et il a été encore plus méritant en rendant hommage à sa mère, son frère et aux peuples en difficulté en particulier l’Ukraine et le Venezula, en plus de rendre hommage à toutes les personnes mortes du sida. Et il a même réussi à placer son groupe 30 Seconds to Mars. Pas trop mal.

Meilleure performance : le chapeau de Pharrell était génial, et le chanteur en-dessous a même réussi à faire danser trois stars et pas des moindres : Lupita Lyong’o, Meryl Streep et Amy Adams. Si avec ça, on ne lui donne pas un Emmy et un Grammy, nous, on mange son chapeau.

Image

Le plus mauvais contrechamp : Jim Carrey a rendu hommage aux films d’animation, et pendant son monologue déjanté, au cours duquel il nous a fait une drôle d’imitation de Bruce Dern, il a fait une une blague sur le LSD. Le réalisateur de la cérémonie en a profité pour faire un contrechamp sur… le groupe U2. On a compris. La blague sur la drogue revient aux quatre artistes les moins subversifs au monde, qui sont de grands humanitaires qui tentent de changer le monde et qui sont aussi en compétition cette année aux Oscars pour avoir écrit une chanson sur le regretté Nelson Mandela. Donc, évidemment les quatre rock stars ont droit au contrechamp avec cette blague sur la drogue. Très marrant.

Le moment le plus étrange et le plus intime : Matthew McConaughey et l’actrice légendaire Kim Novak ont présenté les meilleurs courts-métrages d’animation d’une façon très sexy, en se tenant très près l’un de l’autre et avec des voix graves très sulfureuses. Est-ce que c’était décousu ? Oui. Bizarre. Carrément. Sexy ? …Oui. Il faut vous calmer, tous les deux.

Le meilleur comeback : on a adoré quand Ellen est revenue des coulisses (exprès !) à la mauvaise place, pour faire une blague sur l’importance de bien respecter ses marques.

La meilleure lune : la performance de Karen O chantant “The Moon Song” tirée du film Her était sensationnelle.

Le plus gros suspense : on ne sait pas pourquoi l’Académie n’y a pas pensé plus tôt, mais le fait de donner un seul gros prix au début, qui plus est quand on savait qui allait le remporter, a rendu la cérémonie moins ennuyeuse.

PHOTOS : les stars les mieux habillées des Oscars 2014

La plus jolie réaction : Goldie Hawn et Kurt Russell, les parents de Kate Hudson, étaient aux anges quand leur fille est venue remettre l’Oscar du meilleur court-métrage de fiction. Aux anges !

La pire coïncidence : deux Oscars de suite ont précisé que des gens ayant participé aux films récompensés (The Lady in Number 6: Music Saved My Life et 20 Feet From Stardom) étaient décédé il y a quelques semaines. On est tout de même heureux qu’ils aient su de leur vivant que leur travail avait été reconnu.

La meilleure chanson improvisée : Darlene Love, un des sujets de 20 Feet From Stardom, a fait se lever toute la salle avec une chanson a capella.

Le meilleur baiser : Brad Pitt a embrassé Angelina Jolie après un extrait montrant la réalisatrice de Unbroken recevoir son Jean Hersholt Humanitarian Award.

ImageImageImageImage

La plus gentille dédicace : U2 est peut-être un groupe de rock légendaire, mais ça ne les a pas empêchés de rendre hommage à Darlene Love après avoir chanté “Ordinary Love”.

La meilleure et la moins surprenante des surprises : Lupita Nyong’o a gagné, comme on s’y attendait. Elle a fait un beau discours, réfléchi et inspiré, comme on s’y attendait. Et elle nous a fait craquer avec son comportement si attachant. Comme on s’y attendait.

La meilleure pizza : vous pensiez que voir Ellen commander des pizzas pour toutes les stars serait marrant et ça a été le cas. Et c’est là que le livreur de pizzas est arrivé et Brad Pitt a commencé à passer les assiettes et Kerry Washington a mangé une part ou deux parce qu’elle est enceinte et même Harrison Ford a eu sa part. Toute cette partie était à la fois marrante et normale, avec en point d’orgue Jennifer Lawrence en train de déguster sa pizza pendant le discours de la présidente de l’Académie. La vérité, c’est que la pizza, c’est toujours bon.

Le pire Bill Murray…: est, comme la pizza, toujours mieux que tout. Bill Murray était génial hier soir. Il a sauté en l’air pour Darlene Love. On l’a vu derrière l’épaule de June Squibb tel un drôle d’ange gardien. Il a réussi à glisser un hommage à Harold Ramis avant de remettre un prix en compagnie d’Amy Adams (on reprochera juste à Bill d’avoir appelé à plusieurs reprises Amy Adams “bébé”, ce qui ne se dit pas en dehors d’un épisode de Mad Men).

PHOTOS : les robes des Oscars au fil des ans

Les chansons les plus tristes : Pink et Bette Midler ont joué les crooneuses avec “Somewhere Over the Rainbow” et “Wind Beneath My Wings”, ce qui a fait un carton dans l’assistance et a même fait pleurer Bette Midler pendant qu’elle chantait. Et aussi certains de nos collègues de bureau.

Le meilleur film : celui qui a fait les montages des films, depuis Les Dents de la mer à Braveheart en passant par un milliard de films devrait vraiment réaliser des longs métrages. C’était vraiment très bien fait.

La prononciation la plus créative : on ne sait pas trop qui est “Adele Nazeem”, mais John Travolta a parlé d’elle juste avant qu’Idina Menzel ne vienne chanter “Let It Go”. Son interprétation était d’ailleurs impeccable. Prends note, Adele Nazeem.

La meilleure machine à écrire : On sait maintenant où sont passées toutes les machines à écrire : elles ont toutes été mises sur scène quand les prix des Meilleurs scénarios ont été octroyés (on a d’ailleurs remarqué qu’elles étaient toutes remplies de feuilles blanches, ce qui semblait plutôt approprié).

Les meilleures actrices : Cate Blanchett a rendu hommage à toutes les autres nominées dans sa catégorie (avec un gentil “#va falloir t’y faire” en direction de Julia Roberts), mais on a remarqué que son discours joyeux et très élégant a connu un léger passage à vide quand elle a remercié le réalisateur de Blue Jasmine, Woody Allen.

Le meilleur discours : Matthew McConaughey a fait son discours le plus McConaugheyesque de sa vie, à la fois religieux, conférence TED, nouvelle existentielle du New Yorker sur le fait d’être son propre héros, le tout saupoudré d’un dernier “Très bien, très bien, très bien” pour clôturer cette saison des récompenses. Et c’était très bien.

La meilleure fin : après trois heures et demie, n’importe quelle fin aurait fait l’affaire, mais voir Brad Pitt présenter le réalisateur Steve McQueen et les acteurs de 12 Years a Slave était très impressionnant, tout comme le discours de McQueen qui a rendu hommage à l’historien qui a permis à l’histoire de Solomon Northup de ne pas être oubliée, avant que le réalisateur ne se mette littéralement à sauter en l’air avant d’embrasser tous ses acteurs.

On a aimé la cérémonie. Et vous ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s